Présentation

Zone d'intervention de notre Union de Quartier

Le quartier Notre-Dame à Grenoble

Grâce à son évident caractère historique, ce quartier est facilement identifié par tous les habitants de l’agglomération. Il les relie concrètement à un passé très ancien quand ils se voient y franchir les marques de l’enceinte romaine ou des remparts médiévaux ou des fortifications moins antiques. Il les relie aussi à l’histoire de notre population européenne : jadis quartier huppé (à proximité notamment du Parlement et de l’évêché) il a été graduellement abandonné par ces diverses élites et a accueilli des vagues de nouveaux arrivants (des campagnes plus ou moins environnantes, puis d’Italie, puis du Maghreb) qui se sont succédé sans s’effacer les unes les autres et cohabitent encore paisiblement face au double remue ménage de nombreux étudiants, venus à Grenoble pour quelques années, et de brillantes recrues de l’incessant développement technologique et universitaire, pas mécontentes de compenser les tensions des labos du futur par une vie quotidienne ancrée dans les siècles passés. La sociologie de ce mille feuilles démographique est assez exceptionnelle car aucune de ces catégories ne tient le haut du pavé et chacune d’elles connaît en son sein de grandes inégalités.

L’attrait du quartier Notre Dame n’a cessé de se développer. On le voit à la bonne santé de ses trois marchés situés à quelques pas les uns des autres mais bien typés (Place Saint André, Place aux herbes et Place Sainte Claire). On le voit encore plus dès la tombée du jour, quand tant de jeunes et de moins jeunes et tant de touristes semblent croire que c’est le seul endroit de la ville où ça vaille la peine de « sortir » ; les habitants se trouvent alors tiraillés entre leurs traditions d’hospitalité (réinterprétées et souvent déformées dans la prolifération des cafés, kebabs et restaurants) et les souffrances que leur causent des densités excessives ou les nuisances, insupportables dans leur répétition, de tapages et salissures nocturnes. En miroir de ce dilemme des habitants, l’Union de quartier se partage entre l’envie de clamer le bonheur et la fierté de bénéficier d’un cadre de vie aussi exceptionnel et sa colère de voir les diverses autorités laisser s’y détériorer les espaces publics et les rapports sociaux. Mais, en interpellant Maire, Procureur, Commissaire et commerçants, l’Union de quartier veut être un interlocuteur compétent et fiable ; c’est pourquoi elle a produit une grande enquête qui lui a donné la capacité de dépeindre en détail les griefs et espoirs de nombreux habitants (177 répondants, couvrant plus de 400 résidents).

La mobilisation des habitants du quartier Notre Dame n’est ni un vain mot, ni un vain geste. Les sollicitations et instigations tenaces de l’Union de quartier, d’ailleurs relayées par les Unions voisines, ont permis que Mairie, Police et Justice se coordonnent à l’avance et évitent que la fête du Beaujolais nouveau 2006 ne dégénère en émeute comme celle de l’année précédente. La mobilisation des habitants se lit aussi dans nos rues et nos maisons : c’est elle qui a porté un coup d’arrêt aux projets expéditifs des années 1950-70 qui prévoyaient la démolition de rues entières ; c’est elle qui a sauvegardé les Halles Sainte Claire ; c’est elle qui a maintenu, entre la Place Lavalette et la Maison du tourisme, un espace convivial pour piétons et commerces en obtenant qu’il n’y ait qu’un seul sens de circulation automobile. La vigilance et la sollicitude des habitants et des nombreux aficionados extérieurs de notre quartier vont être plus indispensables que jamais en cette période où la Mairie reporte son attention sur le « cœur de ville, cœur d’agglo » et lance réflexion et projets sur les espaces et monuments qui nous sont chers : avenir du Jardin de ville et des quais, réemploi des palais qui sont la gloire de notre collectivité mais ne doivent devenir ni des lieux morts et coûteux, ni des mascarades à seule visée lucrative. Simultanément, les opérations de plus petite envergure, îlots Alma ou Brocherie-Chenoise par exemple, n’ont pas été perdus de vue. L’Union de quartier ne manque donc pas de cibles à son travail, mais plutôt de gens prêts à donner un peu de leur temps pour la beauté et le bien-être de leur voisinage.

Union de quartier Notre-Dame - Tous droits réservés 2016